Le château et la chapelle de la Tour

Photo Cédric Robergeaud

1450 – Le domaine de la Tour appartient à un noble breton, ministre à la cour de Bretagne : le sieur PERROT. A cette époque, le château possède un mur d’enceinte d’une hauteur de 2 mètres et l’entrée se fait seulement par le côté nord ouest. Certaines traces d’architecture comme les jambages de fenêtres datent du XIVè. Il est donc probable que le domaine ait connu d’autres propriétaires mais l’Histoire n’a pas retenu leurs noms.

1501 – A 19 ans, René PERROT succède à son père. Il reprend les travaux. Il abaisse le mur d’enceinte à 1,40 m et achève la construction de la chapelle en installant un magnifique vitrail où lui et son épouse, Jehanne Pastourel, sœur du seigneur de Bazoge, sont représentés. Ce vitrail a été classé, en 1988, au titre des Monuments Historiques, « comme témoignage rare de l’art du vitrail du XVIè siècle en Loire-Atlantique ».

1573 – Louise PERROT est l’héritière du château. Elle épouse un membre de la famille des LEMOYNE DES ORMEAUX. Ce dernier, homme de loi très cultivé, possède un hôtel particulier à Nantes. Mais les nouveaux époux s’installent au château qu’ils rebaptisent « la Tour des Ormeaux ».

19ème siècle – Le domaine devient la propriété du baron de RASCAS qui épouse Marie-Antoinette Lemoyne, dernière représentante de sa famille. En 1850, le baron de Rascas fait don au musée Dobré de la Piéta qui ornait l’autel de la chapelle de la Tour. Cette oeuvre (photo) remarquable en pierre de Loire date du XVè – début XVIè siècle. En 1999, la Ville a fait réaliser une copie de cette piéta.

1874 – Le domaine change une nouvelle fois de propriétaire. Monsieur Thibaud-Nicollière (photo ci-dessus) alors conseiller général et membre du conseil municipal d’Orvault achète les 125 hectares du domaine.

1897 – La fille de Thibaud-Nicollière, seule héritière, épouse le vicomte Stéphen de Sécillon. De cette union naîtront trois filles : Guyonne, Donatienne et Nanine.

C’est avec le vicomte (photo ci-dessus) que le domaine subit ses plus grandes transformations : aménagements en style néo-gothique avec des toitures en poivrière et des gargouilles, aménagement des communs avec un puits central et construction de l’orangerie dans le style XVIIIème.

De 1940 à 1944 L’armée allemande occupe le château.

1982 – La Mairie achète le château, restaure la toiture et ouvre le parc au public.

1989 – Restauration extérieure de la chapelle par le tailleur de pierre Jean-Louis Boistel. Comme il est de tradition, en architecture, de dessiner les armoiries du propriétaire, les armoiries d’Orvault sont donc sculptées ainsi que celles de la Bretagne. Autres armoiries celles de Tredegar et Heusweiler, villes jumelles de la commune (photo).

1998 – Restauration intérieure de la chapelle selon des techniques anciennes. Le coq dérobé en 1988, retrouve sa place au faîte du clocher.

Au fil du temps, le domaine de la Tour est devenu l’un des grands lieux de promenade de l’agglomération. Chaque année des dizaines de milliers de personnes viennent flâner dans les allées bordées de hêtres et de chênes centenaires. Quant à l’usage du château, la réflexion est toujours engagée.

Le parc et le parcours d’orientation

Équipement unique en Loire-Atlantique le parcours d’orientation du domaine de la tour offre 20 circuits balisés adaptés à des publics variés (scolaires – groupes – individuels et familles), à faire à votre rythme : en promenade, de façon ludique ou sportive. Il permet de pratiquer la course à pieds d’orientation, de découvrir l’environnement, le patrimoine, la flore et la faune, ou plus simplement de se promener. Son accès est libre et gratuit. Un livret complet explicatif des parcours (7.20 €) et la carte pour un parcours (0,75 €) sont en vente à l’accueil de la piscine municipale de la Cholière (108 av. Claude Antoine Péccot – aux horaires d’ouverture au public / tél. : 02 40 63 30 40)

Localisation :
Chemin du Doucet,
44700 Orvault

Revenir en haut de page