Vous êtes ici

La chapelle de la Tour

-A +A

Modeste édifice de plan rectangulaire, la chapelle de la Tour renferme le joyau de la commune.

A quelques mètres du château de la Tour, se tient une chapelle qui ne manque pas d'élégance avec ses toitures à forte pente et son discret clocheton d'ardoises.

 

1501-1502

Construction de la chapelle commandée par René PERROT prévôt de Nantes sous le règne du roi Louis XII. A noter la présence d'une tourelle percée de deux trous de lumière accolée à l'édifice. Cette tourelle a été un colombier, "une fuie" comme on disait à l'époque. A l'intérieur, dans la partie supérieure de ses murs, 80 niches (photo) ont été creusées permettant la nidification des pigeons. L'évasement de la toiture facilite les entrées et sorties des volatiles.

Description: 

Photo signée Marie-Louise Bréhant

 

Le joyau de la chapelle et donc de la commune c’est le vitrail (début 16ème siècle) situé au dessus de l'autel et qui est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Dans la partie basse, sont représentés René PERROT et Jehanne PASTOUREL son épouse. Tous deux sont agenouillés sur un prie-Dieu, un grand "Livre d'Heures" ouvert devant eux. L'homme porte sur son pourpoint deux têtes de perroquet (les"perots" évoquent son nom de famille). La dame porte une magnifique robe noire où se déploie un grand aigle d'argent. Dans le registre supérieur, à gauche, la crucifixion de Jésus et à droite, la déposition de croix appelée autrefois " la Déploration de la Vierge", ou plus communément "la Pietà". Ces deux scènes de la passion sont couronnées par des baldaquins au sommet desquels sont dessinés des pélicans qui se saignent pour nourrir leurs petits. Une image de la charité et du dévouement poussés à l'extrême.

 

1857

3 nouveaux vitraux sont installés. Sortis du même atelier nantais qui a produit les vitraux de la chapelle des Anges (inaugurée elle aussi en 1857) ils représentent sainte Anne (photo), aïeule de Jésus, Saint Joseph et la première Eucharistie célébrée par Jésus la veille de sa mort.

 

1982

La Ville d'Orvault achète le domaine de la Tour qui comprend le château, les dépendances et la chapelle.

 

1989

Restauration extérieure de la chapelle. Les armoiries d'Orvault (photo), de la Bretagne, d'Heusweiler et de Tredegar sont sculptées autour de la porte.

La ligne sinueuse représente le Cens.

 

1998

Restauration intérieure à la chaux. Des conques permettant l'amplification des sons ont été retrouvées et replacées dans les murs.

 

2012

Rénovation des façades en pierre.