Vous êtes ici

Le tour d’Orvault en 11 sculptures et fresques

-A +A

Sur un rond-point, tout en haut d’un mur ou dans un parc, les sculptures et fresques orvaltaises ponctuent sagement la ville. Ces objets du patrimoine vous livrent leur histoire dans un parcours qui leur est spécialement dédié. Pour découvrir votre ville autrement... suivez le guide !

 

Le soleil - De Serge Sangan - La Gobinière

Sur l’un des vieux murs surmonté d’une citerne, souvenir de la présence des maraîchers à la Gobinière, il existe une sculpture tout en métal. Cette œuvre est signée Serge Sangan* (artiste de La Pâquelais) qui a développé une technique de modelage à l’arc. « Le soleil » a été réalisé pour les Floralies 1999 sur le stand de la Ville d’Orvault et installé l’année suivante à la Gobinière.

*Serge Sangan est né en 1953 à Athis-Mons, après deux années de compagnonnage en tant que serrurier et ferronnier d’art, il se consacre à la sculpture. Pendant plusieurs années, il sculpte le bois et la pierre. Il fait ses premières sculptures à l’arc électrique en 1985 puis s’y consacre exclusivement en 1990, date à laquelle il s’installe dans la région nantaise, à Orvault puis Vigneux de Bretagne.

La botte d'asperge - Auteur inconnu - Route de Vannes

Il existe sur Orvault un remarquable bas-relief représentant une botte d’asperge. Autrefois installée sur le pignon d’un café, route de Vannes, ce bas-relief est maintenant visible sur un rond-point, à deux pas du Bignon. Sa présence discrète nous renvoie à l’époque des chars à bancs, des cultures sous châssis, des longues journées à sarcler, à biner, à semer et surtout à scruter le ciel. Elle nous rappelle les familles de maraîchers qui occupaient le site : les familles Langlais, Le Gac et Turpin-Foucher. La dernière exploitation de maraîchage au Bignon s’arrête au début des années 1990. Depuis, des immeubles occupent l’espace et la ferme rénovée par la Ville accueille le Point Information Jeunesse.

Le wagonnet du Petit-Chantilly - Près de la poste du Petit-Chantilly

En 1998, à l’occasion des 10 ans de jumelage avec Heusweiler en Allemagne, la ville d’Orvault a reçu en cadeau ce wagonnet, symbole de l’activité industrielle de la ville allemande. Depuis, il trône fièrement près de la poste du Petit-Chantilly.

L'obélisque, place de Tredegar - Auteur : Jean-Louis Boistel - Croisement de l’avenue de la Cholière et de l’avenue Saint-Ouen

Au croisement de l’avenue de la Cholière et de l’avenue Saint-Ouen, il y a un rond-point où trône une sculpture, sorte d’obélisque de petite taille. Cette sculpture en pierre de vienne, a été réalisée par Jean-Louis Boistel dans l'atelier de la Magodière. Elle rappelle les liens d’amitié qui existent depuis 1979 entre Orvault et la ville galloise.

Ceci n'est pas une mappemonde - Auteur : l’artiste nantais Éric Fonteneau - Lycée Nicolas Appert

Le 1% artistique au lycée Appert

Si le lycée Appert possède sur son parvis une œuvre d’art, c’est en raison d’une procédure spécifique de commande d’œuvres d’art à des artistes, dans le cadre d’une construction publique. En effet, cette procédure, nommée "le 1% artistique", impose aux maîtres d'ouvrages de réserver 1 % du coût de leur construction pour la commande ou l'acquisition d'une ou plusieurs œuvres d'art, spécialement conçues pour le bâtiment considéré.

L’œuvre intitulée « Ceci n’est pas une mappemonde ! » est signée Éric Fonteneau, celui-là même qui a réalisé une fontaine à Nantes dans le square Mercœur, aujourd’hui démontée. Dans une interview, l’artiste expliquait : "Le socle existait avant mon projet car dès le début, les architectes prévoyaient d’installer une œuvre d’art à l’entrée du lycée. J’ai alors imaginé une mappemonde en volume. Ce qui n’existe pas puisque la définition d’une mappemonde c’est la représentation à plat du monde". L’artiste, passionné de géographie, a pris comme base de travail une cartographie du monde. Il y a découpé des formes géométriques, rapproché les continents et finalement créé son propre monde. "Au final cela donne une forme originale, sorte de cocotte en papier, posée en équilibre sur trois points".

Construite en 1991 par l’entreprise Fresnois à Chantenay, (le lycée a été inauguré en 1989) la sculpture, réalisée en inox, mesure 8,60 m de long pour une hauteur de 4,60 m. Toutefois, l’artiste émet deux regrets. "J’avais imaginé un éclairage particulier qui malheureusement ne s’est pas concrétisé. De plus, le socle devait être engazonné. La couleur verte de l’herbe devait répondre au rouge des bâtiments du lycée. Ces deux éléments auraient renforcé l’effet visuel de la sculpture.".

Petite anecdote : 22 ans plus tard, la sculpture sert d’abri pour les étudiants quand il pleut.

Le Caméléon poubelle au milieu de la vallée d'or - Auteurs : le CCJ et l’agence Aparté - Entrée du complexe sportif Roger-Picaud

En 2012, le transformateur situé à l'entrée du complexe sportif Roger-Picaud a été décoré d'une fresque intitulée « Le caméléon poubelle au milieu de la Vallée d'Or ». Cette œuvre est le fruit d’un travail commun entre les jeunes du Conseil Communal des Jeunes et les graffeurs de l’agence orvaltaise Aparthé. En 2013, l’agence de graffeurs est intervenu à Plaisance pour réaliser avec les jeunes du quartier une fresque géante sur un mur situé allée du Lay.

La voile de l'Odyssée - Auteur : Ekkehart Rautenstrauch - Bois Cesbron

A l’Odyssée, vous pouvez apercevoir une voile de verre créée par l’artiste allemand Ekkehart RAUTENSTRAUCH*. Abstraite mais comportant des éléments figuratifs, cette œuvre évoque le voyage, la découverte, tout comme le nom donné à l’équipement : l’Odyssée. Cette voile a été inaugurée, en même temps que l’équipement, en 2006.
*Ekkehart Rautenstrauch est né en 1941 à Zwickau dans la partie orientale de l’Allemagne. De 1962 à 1967, il étudie à l’école des Beaux-arts de Stuttgart dans la tradition du Bauhaus. Puis, il s’installe en France à partir de 1968. Nommé professeur à l’école des Beaux-arts de Nantes en 1972 - jusqu’en 1982 - il a enseigné à l’École Supérieure d’Architecture de Nantes jusqu’en 2006. Dans son travail artistique, il explore les correspondances entre l’auditif et le visuel. Il présente en 1993 à l’Espace Diderot de Rezé un ensemble de ses sculptures binoculaires et de ses images stéréoscopiques.

La fresque - Auteur : l’association « 10still » - Petit-Moulin

La fresque de plus de 300 m2, située sous le pont de l’autoroute A821 (près du pont de la Baronnière) date de 2003. A l’époque, 4 graphistes de l’association « 10still » avaient peint une composition gaie et colorée sur les thèmes de l’environnement, l’agriculture et la ville. En 10 ans, cette fresque n’a pas pris une ride. Elle fait désormais partie de notre patrimoine culturel.

Le Chêne des amoureux - Auteur : Karl Krugh - Square Jacques Lambert

Dans le square Jacques Lambert (dans le bourg), une sculpture de 2 mètres de haut, représente un couple d’amoureux. Elle est signée Karl Krugh, artiste de la Bugallière. L’un des intérêts de cette oeuvre est le bois utilisé. En effet, il s’agit du tronc du chêne de Bellevue qui, pendant longtemps, a été un arbre remarquable de la commune. Arrivé en fin de vie, ce dernier a été transformé en œuvre d’art en 2005 par la Ville qui ainsi rendait hommage à sa beauté.

La statue de Jeanne d'Arc - Place Jeanne d'Arc

Savez-vous que la statue Jeanne d’Arc qui orne le monument aux morts du bourg date de 1921 ? En effet, le maire de l’époque, Gilbert de la Brosse, a inauguré le monument et la plaque à la mémoire des 77 Orvaltais tombés au champ d’honneur lors de la Première Guerre mondiale. Pourquoi Jeanne d’Arc ? Sa présence s’explique par le fait qu’elle est la sainte patronne des Soldats et peut-être que sa Canonisation, en 1920, avait touché le conseil municipal de l’époque. Après 1921, d’autres Orvaltais sont morts pour la France. Le monument honore également leur mémoire.

Les 4 blasons de la chapelle de la Tour - Auteur : Jean-Louis Boistel - La chapelle de la Tour

La chapelle de la Tour (1501-1502), située au nord de la commune est un modeste édifice de plan rectangulaire, dont on remarque d'abord les toitures à forte pente, agrémenté par les hauts pignons qui surmontent les baies latérales. Un discret clocheton d'ardoises couronne la croisée des arêtes. Ce qui frappe aussi, ce sont les 4 blasons qui ornent l’entrée et qui datent de 1989 : le blason de la Bretagne avec ses hermines, le blason de la Ville d’Orvault dont la ligne sinueuse évoque le cens et les deux blasons des villes jumelles : Tredegar à droite et Heusweiler.

Parc du bois de l'avenir

Situé à proximité du bourg d'Orvault à hauteur du Pont aux prêtres, au confluent du Cens et de la Rousselière, cet espace boisé de près de deux hectares fut créé pour marquer cet évènement extraordinaire où se juxtaposèrent : l'année 2000, le passage au 21ème siècle et un nouveau millénaire.

Pour chaque naissance Orvaltaise en 2000, un arbre a été planté puis identifié par un étiquetage sur lequel on trouve mêlé à leur nom botanique, le prénom d'un enfant. Ainsi, plus de 250 arbres et enfants sont répertoriés dans ce bois.

Comme le hasard fait souvent bien les choses, le premier bébé du département né en 2000 est Orvaltais et pour marquer cette naissance un chêne vert, aux feuilles persistantes, a été planté.

Les 30 autres espèces d'arbres qui constituent ce bois sont des essences communes à notre région, on y trouve des érables champêtres et sycomores, des charmes, chênes, châtaigniers, hêtres, ormes, sorbier et quelques conifères tels que pins et ifs.

Un autre arbre mais celui-là artificiel, œuvre métallique du sculpteur Serge Sangan, porte des « fruits » qui sont autant d'objets crées au 20ème siècle.

Cette œuvre d'art est située au coeur d'un jardin « à la française » parfaitement symétrique, aux haies taillées entourant rosiers grimpant. Un labyrinthe fait de hautes graminées a été réalisé pour recevoir les enfants.

Bientôt d'autres petits jardins viendront agrémenter le Bois de l'Avenir :

Un jardin méditerranéen, en terrasse avec des plantes du soleil
Un jardin à l'anglaise, avec les mixed border (plates-bandes de vivaces) Aquatique, au bord de la Rousselière

Tout cet ensemble marquant encore plus fortement la symbolique de ce parc, sur l'avenir et la coexistence.

 

Informations

Circuits & balades
Patrimoine bâti