Vous êtes ici

Théâtre - Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz

dim, 13/01/2019 - 17:00
-A +A

« Vous jouez à quoi ? » leur demande Frida. « On joue à être libres », « On joue à être joyeuses », « On joue à être rassasiées » répondent-elles. « On joue à ne pas être là. »

Cinq femmes s’apprêtent à fêter Noel, dans une bibliothèque de prison, où elles sont enfermées. Elles parlent, elles rêvent, elles rient, elles pleurent. Dans la passion ou la querelle, elles parlent de leur vie, leur liberté, leur oppression.

Frida vient d’arriver, elle a été arrachée à son enfant en achetant « On ne badine pas avec l’amour » de Musset. Elle ne veut plus vivre. A Noël tout est possible, ces femmes vont l’aider à trouver une raison d’espérer, dans le théâtre.

Jouer Musset peut-il les sauver de leur quotidien morne ? Jouer ensemble une pièce ’amour déchiré peut-il réveiller leur idéal de passion ? Est-ce qu’être ensemble peut faire oublier les douleurs anciennes ?

Dans une mise en scène de Marie Verdier, les comédiennes de la troupe Je dis théâtre jouent ce texte avec sensibilité et passion. Elles nous montrent comment le monde contemporain se reflète dans la pièce de Musset. La violence de la religion, le pouvoir des hommes répondent à l’idéal d’amour des femmes, qu’elles soient libres ou prisonnières.

 

Une pièce de Mohamed Kacimi , mise en scène par Marie Verdier

Au théâtre de la Gobinière à Orvault le dimanche 13 janvier à 17h et les lundi14, mardi 15, mercredi 16 Janvier à 20h30.

 

Réservations en ligne: https://www.billetweb.fr/tousnosrêves

ou 07 83 07 46 97  /  jedistheatre@gmail.com   

adulte 10€/ enfant 5€

Salle accessible au PMR



Suivez-nous sur https://www.facebook.com/JeDisTheatre et envoyez-nous vos impressions sur la pièce.

Commentaires

Vu sur BFM Paris Extra Muros: Un soir de noël en prison, six femmes se retrouvent dans la bibliothèque. Six femmes au parcours différents mais toutes privées de liberté. L'auteur Mohamed Kacimi : 'La pièce montre un peu comment les femmes recluses vont se servir de cette espace ultime de liberté qu'est la bibliothèque pour un peu fracasser les murs de la prison pour retrouver une certaine joie de vivre, pour retrouver une sensation de liberté qu'elles n'ont plus et qu'elles détournent également avec une grande forme de dérision et d'humour' Pour ces femmes la bibliothèque est un espace de liberté, ou comment la littérature peut permettre de s'évader Avis lus sur internet: « Très belle pièce, montrant bien la situation des femmes détenues et le rêve nécessaire pour survivre. Malgré le sujet, on rit beaucoup. » « Cette pièce prenante nous permet d'apprendre beaucoup de choses sur la détention des femmes, mais ça reste avant tout un spectacle, divertissant et parfaitement mené. »

Ajouter un commentaire

Thème(s)

Spectacle

Je suis...

Une association