Vous êtes ici

Retour sur la conférence PEG 2020 : l'autorité

Publiée le :

mer, 08/04/2020 - 10:31
-A +A

Le 11 mars 2020, la Ville d’Orvault accueillait Julie Pinsolle, chercheuse en Sciences de l’Éducation dans le cadre de la 3e conférence du Projet Éducatif Global (PEG). Une soirée qui, malgré le contexte pré-confinement a réunie 170 personnes autour d’un sujet qui pose question à nombre de parents.

Julie Pinsolle a présenté l’évolution de la perception des enfants la société entre hier (éducation autoritaire) et aujourd’hui (éducation plus ouverte). Elle a pu montrer que ces évolutions ont des effets positifs sur le bien-être des enfants mais posent aussi d’autres problématiques aux parents. De plus en plus considérés comme seuls responsables de leurs enfants, les parents se retrouvent aujourd’hui souvent seuls face à des questions éducatives. Comme si, faire part de ses questionnements serait un aveu de faiblesse.
D’autre part, nombre de parents en viennent à penser que la moindre de leur action auprès de leur enfant pourra lui créer des traumatismesà vie et se trouvent alors un peu piégés par l’injonction de « la bienveillance ».
 

Face à cette nouvelle approche de la parentalité et du rapport à l’enfant, Julie Pinsolle invite les parents à penser la sanction comme une situation d’apprentissage et non une simple punition. Ses recherches l’ont amenée à proposer une approche originale de la sanction dans la famille. Il est normal de vouloir faire preuve d’autorité lorsque son enfant a fait quelque chose qui va à l’encontre des règles de la famille. Dans ce cas, le mieux serait de faire en sorte que l’enfant apprenne quelque chose dans l’application de la sanction. C’est-à-dire que si la sanction n’a rien à voir avec l’action de l’enfant, si elle intervient trop tard, si elle est juste une expression de la supériorité de l’adulte, elle ne sert pas à grand-chose… Il serait intéressant d’amener l’enfant à comprendre pourquoi son action ne convient pas et de le placer en situation de réparation. En lui faisant comprendre qu’ainsi, il agit pour le bien de l’ensemble des membres de la famille, dans le respect de ses règles et de chacun. Finalement, plutôt que de se placer sur une approche « c’est bien/c’est mal », l’objectif de la sanction serait d’aider l’enfant à apprendre les règles de vie en société afin qu’il puisse, toute sa vie, s’y épanouir en harmonie avec les autres.
 

Retrouvez la note graphique de la conférence et téléchargez le PDF


 

La chercheuse en Sciences de l’Éducation propose d’autre part de remettre du collectif dans l’éducatif. C’est-à-dire que, sans déposséder les parents de leur rôle éducatif et de leurs responsabilités, il serait intéressant de développer plus de liens entre les parents et les autres parents, entre les parents et leur entourage (familial, de voisinage…) afin de partager son vécu, ses interrogations mais aussi ses joies.
On pourrait aussi aider les parents à bien communiquer avec leur enfant, en prenant le temps (mais pas tout le temps, ni n’importe quand, ni n’importe comment).


Les apports de cette soirée confortent les orientations éducatives partagées du PEG orvaltais qui met en avant la place de la communauté éducative pour le bien-être des enfants au sein de laquelle les parents sont primordiaux et soutenus dans leur rôle.

Thème(s)

Senior
Famille
Enfance
Jeunesse
Petite enfance
Education

Je suis...

Un parent
Un senior
Une association

VIDÉO -> Pourquoi parle-t-on tant d'autorité en ce moment ?

VIDÉO -> D’où viennent les difficultés des parents face à l’autorité ?