Vous êtes ici

Hommage à Jean-Louis Boistel

Publiée le :

jeu, 22/10/2020 - 12:45
-A +A

Jean-Louis Boistel, tailleur de pierre installé à Orvault depuis 1985, est décédé le 12 octobre. On doit à ce sculpteur passionné et reconnu, entre autres à Orvault : la réalisation de l'Obélisque de Tredegar, la restauration de la Chapelle de la Tour, de la Chapelle des Anges et du Château de la Garnison. Il a aussi travaillé sur le chantier de la Cathédrale de Nantes, le site des Folies Siffait...

Tous les membres du Conseil municipal rendent hommage à cette grande figure locale.

Il nous avait reçu en 2014 pour les besoins du magazine municipal, à la Magodière. Son atelier foisonnant d'outils, de sculptures et de reconstitutions historiques racontait à lui seul une histoire. L'histoire d’un tailleur de pierre habité par son métier, tout aussi passionnant que passionné.

La rencontre avec la pierre a eu lieu très tôt pour Jean-Louis Boistel, qui a grandi à Bourges, ville recelant de trésors d’architecture médiévale. En fin de scolarité, il a découvert les archives de la ville, où un professeur d’histoire l’a initié aux recherches. Son parcours s'est poursuivi en 1970 aux Beaux-Arts de Bourges, puis de Nantes. Très vite, il a compris qu’il voulait travailler la pierre, mais manquait pour cela de bases en sculpture. D’où son CAP de tailleur de pierre. Il est ensuite entré sur les chantiers de la Cathédrale de Nantes et du Château des Ducs de Bretagne où il est resté une dizaine d’années.

Installation à Orvault
Il a créé son atelier à La Magodière en 1985. Composé de 6 tailleurs de pierre, spécialisés dans la restauration d’époque médiévale essentiellement, l’atelier faisait beaucoup de reprises d’oeuvres, sur des chantiers conséquents comme le Château de Ranrouët, le site des Folies Siffait…

Ces dernières années, Jean-Louis Boistel ne travaillait plus comme tailleur de pierre. Il dirigeait des chantiers en tant que maître d’œuvre, apportait son expérience pour des diagnostics techniques, des expertises, des datations et poursuivait son activité de sculpteur statuaire.
Il accordait aussi beaucoup d’importance à la transmission du savoir et du savoir-faire. Il intervenait régulièrement comme formateur et organisait des rencontres thématiques chez lui. « C’est important d’échanger, de s’ouvrir à d’autres pratiques », précisait-il.

Un leitmotiv : le plaisir
Sa principale réalisation ? « Je pourrais citer le chantier du Château des Ducs de Bretagne, la Cathédrale de Nantes pendant 10 ans… », expliquait l’artisan. « Mais la vérité, c’est que j’ai toujours éprouvé autant de plaisir sur un mur de clôture en moellons que sur une cathédrale ! Tout nouveau chantier est une découverte, un enrichissement personnel. Ce que j’aime, c’est mettre de la vie dans mon art, et de l’art dans ma vie ! ». Et à l’écouter parler, ça se sent forcément !